Outil

On chuchote à la conscience

Chuchoter à la conscience est un exercice abordable et original pour s'exercer à la construction d'un discours et pour le partager en équipe. Le but est d'imaginer que l'on a la chance de pouvoir s'adresser à unn npersonnage historique à un moment de l'histoire mettant en jeu une cause importante : par exemple de chuchoter à la conscience du pilote qui a bombardé Hiroshima d'une tombe tristement atomique...

Consignes

L’animateur indique aux participants qu’ils vont faire un discours suivant la structure d’ENARP (voir théorie),d’une durée de 2 minutes, qui doit préalablement avoir été entièrement écrit. L’animateur présente une dizaine de propositions reprises ci-dessous mais qui ne sont pas exhaustives. Il s’agit à chaque fois d’un dilemme moral.

Exemples de dilemmes moraux

Convaincre le Docteur Denis Mukwege de renoncer à sa cause pour devenir chirurgien esthétique dans une clinique à Genève.

Convaincre la Princesse Élisabeth de Belgique d’annoncer le jour de ses 18 ans (le 25 octobre 2019) qu’elle renonce au Trône.

Convaincre Ponce Pilate de ne pas crucifier Jésus.

Convaincre Nelson Mandela de ne pas renoncer à la lutte armée contre les Blancs d’Afrique du Sud.

Convaincre un tribunal d’accorder une libération conditionnelle à Marc Dutroux.

Convaincre Mark Zuckerberg de ne pas créer Facebook

Convaincre Amy Winehouse d’arrêter l’alcool et la drogue avant que ça la tue.

Convaincre Greta Thunberg de retourner à l’école et de finir ses études avant de lancer son mouvement.

Convaincre le pilote de l’Enola Gay de ne pas bombarder Hiroshima.

Convaincre Robert Badinter de renoncer à faire abolir la peine de mort.

Convaincre le Dalaï-lama de reprendre le Tibet par les armes.

Convaincre Gandhi de ne pas renoncer à la violence contre les Britanniques.

Convaincre Alfred Nobel de ne pas inventer la dynamite.

Convaincre George Washington de ne pas proclamer l’indépendance des Etats-Unis.

Convaincre Abraham Lincoln de ne pas abolir l’esclavage.

Rédaction du discours

On laisse aux participants 20 minutes pour que chacun écrive son discours. C’est un travail individuel.L’animateur circule parmi les participants pour s’assurer que la structure classique n’a pas été trop vite oubliée et que chaque participant a bien trouvé une proposition.

Après la rédaction, l’animateur reprend les discours pour empêcher les participants d’encore y travailler pendant que les autres parlent, ce qui les empêcherait de participer efficacement aux débriefings et ne les ferait pas tous jouer avec les mêmes armes (même temps de préparation).

Chacun présente alors son discours (2 min) pendant que les autres notent s’il a bien respecté la structure classique.

Après le discours de chacun, on débriefe en groupe pour voir ce qui manquait, ne se trouvait pas à la bonne place. On commentera la structure tout autant que la prise de parole (voir grille).

Conseil et commentaires

Certains des dilemmes sont plus faciles à assumer que d’autres aux yeux de l’opinion publique, c’est toujours intéressant de voir comment s’y prennent« les avocats du diable ». D’autres sont des faits historiques qui ne sont pas toujours enseignés. Il faut en profiter pour rappeler aux jeunes que ce n’est pas grave de ne pas connaitre certains personnages ou dates. C’est à la fois une belle occasion de découvrir une histoire commune mais surtout, c’est un discours argumenté pas un exposé historique, donc aucune pression.

Un outil en lien avec :
Un outil en lien avec :
Imprimer / Télécharger

Fiches apparentées