Thème

Violence & harcèlement

Voir les outils

Nos écoles sont le théâtre de multiples violences quotidiennes. Il y a les vols, dégradations, insultes, bagarres, agressions et autres harcèlements dont se plaignent quotidiennement les acteurs et qui sont le menu régulier des médias. Mais il y a aussi des violences plus structurelles telles que des classes trop petites ou mal insonorisées, des bâtiments excentrés et mal entretenus, des rigidités administratives empêchant de travailler, des tensions entre collègues, des perspectives de carrière fermées, des orientations enfermant les élèves… Ces violences ne sont pas toutes négatives, mais trop souvent les établissements n’ont pas les moyens de les gérer de manière constructive. Cela entraîne des cycles destructeurs qui ont un impact important sur l’état d’esprit des acteurs de l’enseignement et qui débouchent dans certains cas sur de réelles maladies d’établissement.

Démarche

Face à ces violences multiples, vivre activement la citoyenneté fournit aux écoles de  multiples ressources pour réagir de manière constructive. La plus essentielle est certainement de considérer les violences comme des opportunités : pour faire un travail de réparation, pour accrocher les acteurs, pour faire avancer le collectif. Face aux incivilités quotidiennes, cette attitude permet en effet de les utiliser comme levier d’accrochage et d’éducation. Face aux violences plus structurelles, la démarche conduit à les travailler patiemment par le biais de projets plus construits tels que rénover les toilettes, mettre des bancs dans la cour ou mieux organiser la nourriture dans l’école. En ce qui concerne l’équipe adulte enfin, vivre les principes citoyens amène à prendre au sérieux la dimension forcément collective du travail des profs et des éducateurs. Cela conduit aussi à consacrer du temps au traitement des conflits qui immanquablement traversent les équipes scolaires.

THEME >
Mieux comprendre les violences

Mieux comprendre les violences

Pour endiguer les cycles de violence, il est important de bien en saisir les fonctionnements.  Violences physiques, verbales, non-verbales; violences émotionnelles, sociales, institutionnelles...  Nombreuses sont les dimensions de ces mécanismes qui font que la proximité de nos semblables peut être source de douleur et/ou de malaise. 

Afin de clarifier la compréhension tout autant que de soutenir l'action, cette section propose un certain nombre de ressources intellectuelles. Elle s'attarde également sur la notion de harcèlement qui est aujourd'hui autant à la mode que souvent mal comprise. 

THEME >
Cadre et règles

Cadre et règles

En matière de violence, on a en général tendance à chercher des coupables comme autant de personnes portées à la malveillance et qu'il s'agirait de blâmer, ou en tous cas d'empêcher les nuisances. Lorsque l'on cherche des solutions, c'est en partie à l'inverse qu'il s'agit de construire des solutions. En plus de l'action des individus, le cadre partagé, la clarté des règles et leur côté partagé jouent un rôle fondamental dans l'efficacité d'une stratégie d'apaisement. 

Lutter contre les violences, c'est donc avant tout se préoccuper de notre cadre collectif, c'est mieux construire les règles et ensuite s'en servir, c'est redonner aux normes légales leur vertu collective : celle d'être un rempart contre la tyrannie, d'être le propre positif de l'humanité, celle de nous protéger des régimes de violence. 

Dans la perspective de l'école citoyenne, il s'agit là du socle de toute stratégie éducative réussie, raison pour laquelle ce site y consacre tout un axe de travail. 

Pour découvrir l'axe "Cadre et règles", clique ici
No items found.
THEME >
Rebondir sur les incivilités

Rebondir sur les incivilités

Mais générer un climat de paix ne peut se résumer à fixer un cadre. Il est ensuite nécessaire de s'en servir, et de le faire bien. C'est là tout l'enjeu de la justice scolaire qui, après le travail des règles, est le second pilier de l'école citoyenne. 

Pour lutter contre les violences, il est donc indispensable d'y réagir en partant du cadre pour développer une stratégie de justice réparatrice. Plus encore que de limiter les dégâts, cette stratégie permet de rebondir sur les incivilités comme sur autant d'occasions d'éducation, autant de possibilité de transformer un problème en une opportunité de solutions. 

Lorsque l'on met ainsi en place une dynamique de justice scolaire bienveillante, équitable et réparatrice, on vise concrètement à réagir aux violences de manière à ce que la situation de tous s'améliore : du côté des victimes comme des coupables. De cette manière, on permet aux jeunes de prendre conscience de tous l'intérêt de nos principes de justice puisqu'ils se rendent compte qu'ils recherchent leur bien à chacun. On éprouve en plus l'une des prétentions principales de la démocratie : être un système de paix sociale. 

Pour découvrir l'axe de la justice à l'école, clique ici!
No items found.
THEME >
Contre les violences, valoriser

Contre les violences, valoriser

Mais lutter contre les violences ne consiste pas seulement à réagir aux problèmes. Il s'agit également de valoriser les comportements positif, d'accompagner les progression, d'encourager les jeunes, de les tirer vers le haut. C'est là le troisième principe de l'école citoyenne : nourrir toutes les stratégies de valorisation qui permettent d'ouvrir au bien commun, de cultiver le collectif, de vivre la citoyenneté. 

Aussi important que le travail des règles et de la justiice, la valorisation des comportements est également un axe entier des stratégies citoyennes présentées dans ces pages. Pour en découvrir les stratégies concrètes, n'hésitez pas à cliquer ici

Pour découvrir l'axe de "Valorisation des comportements", clique ici!

No items found.
THEME >
Coopérer pour s'apaiser

Coopérer pour s'apaiser

Le quatrième axe de l'école citoyenne est celui de la coopération, de la capacité d'action collective qui permet de résoudre un problème. On dit souvent que, pour lutter contre les violences, il faut apprendre que notre "liberté s’arrête là où commence celle des autres". Dans l'optique de l'école citoyenne, il faut plutôt apprendre que notre "liberté commence avec celles des autres". Ce n'est pas en définissant des territoires à respecter que l'on apaise les collectivité. C'est davantage en apprenant à être fort ensemble, à coopérer pour trouver des solutions aux problèmes qui s'offrent à nous. 

En matière de violence, plusieurs pistes sont particulièrement intéressantes, telles que la pratique du cercle de coopération en classe, la gestion de problèmes de respect au conseil d'école et le fait d'utiliser les stratégies journalistiques pour aider les élèves à réparer leurs bêtises.